La station balnéaire qui attendait la mer – Bertrand Menut

Note : 4 sur 5.

Mots clés

récits   fables   roman   thriller   insolite   province   reportage   grotesque   café   déjanté   loufoque   phares   nouveau roman   surréalisme   absurde   décalé   humour   mer   belge   littérature belge  

Le pitch

« Nos experts sont formels, coco ! Le réchauffement climatique joue pour nous. Dans moins d’un an, le bord de mer se trouvera ici, à deux pas du centre-ville… »
Bogart est un habitué des boulots insolites : il a été testeur de grille-pain pour un magazine féminin. Lorsque le très sérieux bureau d’accommodation des vieux diplômes lui propose un poste de gardien de phare, il accepte sans hésiter. La mer est pourtant loin, mais les spécialistes sont formels : elle arrive ! Bientôt, la hausse du niveau des eaux transformera cette ville de province en une grande station balnéaire. Et dire que la population n’a que quelques mois pour se préparer à cette formidable aubaine…

Le monde imaginé par Bertrand Menut est une fourmilière grouillante où cohabitent des collectionneurs de meubles en kit, de superbes femmes aux silhouettes ondulantes et des personnages aussi fantasques que délirants.Bertrand Menut habite Bruxelles, une capitale qui a les pieds au sec, pour combien de temps encore ?, où il travaille comme monteur de reportages pour la télévision. « La station balnéaire qui attendait la mer » est son premier roman.

Mon avis

Alors franchement j’ai hésité grandement. Soit c’était une vaste fumisterie et ça n’était pas drôle du tout, du coup c’était totalement hors sujet et c’était consternant; soit c’était génial et drôlissime… Après réflexion, J’ai opté pour la seconde solution.

En effet, ce roman aux accents loufoques et décalés nous offre une vraie bouffée d’air frais dans le Paysage Littéraire actuel.

L’histoire est celle d’une petite ville de province dont les « experts » décrètent que la mer arrivera bientôt à ses portes en raison du réchauffement climatique. Afin d’aborder ce tournant historique dans les meilleures conditions possibles, la ville et son maire se dotent donc d’infrastructures adéquates : phare, port de pêche, plage, pontons etc…. Un magasin tourne à plein régime : le magasin « tout en suédois » dont on devine aisément de qui il s’agit…

Tout cela est décrit avec force humour et calembours plus ou moins « heureux » mais globalement hilarants. Nous suivrons les tribulations de Bogart et Miss Gable, d’Artaban et bien d’autres, au gré de leurs excentricités.

Improbable et invraisemblable on pense fatalement à Boris Vian sans pour autant qu’il y ait imitation. Non, Bertrand Menut a un style bien à lui qui peut plaire ou ne pas plaire. A mon avis c’est tout l’un ou tout l’autre : ça passe ou ça casse !!

Pour ce qui me concerne j’ai trouvé ça très rafraichissant par rapport à mes lectures habituelles que sont les thrillers bien noirs et bien glauques et j’ai accueilli cette « parenthèse » vivifiante avec le plus grand plaisir. Je recommande donc pour un « entre-deux »… ça délasse 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :